Concernant le récit

Tout au long du film, le point de vue privilégié est celui de ce que notre protagoniste et son mari discernent. C’est une vision d’une majorité, mais d’un point de vue mêlant le subjectif à l’objectif. Pourquoi ce choix expressif ? Dans le contexte actuel, en quête de lois, menant à un premier pas vers le grand mot de démocratie, le choc provoqué par la confrontation avec les cas sociaux n ous conduit vers une conclusion qui laisse à constater une fuite, partout dans le monde, dans la juridiction consacrée aux relations humaines, bloquant ainsi processus d’ouverture. C’est le sacré qui écrase le profane vivable et humain. C’est un message pour mobiliser, avertir et prévenir.

 

La nécessité première, c’est de faire passer un message qui guidera les gestes et les dialogues des protagonistes, du début à la fin, vers des situations réelles, psychologiques émouvantes, sensuelles et choquantes ; juste pour donner au récit du film la force d’exprimer une vision positive, afin de limiter les dégâts et d’anticiper les dangers.

 

Le récit comporte trois pivots majeurs. Le premier pivot réside dans la façon dont le directeur pistonné va démarrer son processus de harcèlement, et la façon dont il va choisir sa victime. Des scènes de harcèlement verbal seront filmées, en jouant sur l’importance des mots et des phrases utilisées, mais aussi sur un jeu d’acteur basé sur le rapport entre le physique et le moral.

 

Le second pivot se situe au milieu du récit, au moment où notre directeur va dépasser le stade du harcèlement verbal et va vers le harcèlement physique. La camera , comme le récit, se placera au cœur des événements et les accompagnera avec une multitude d’éléments esthétiques. Les faits et gestes de chaque scène sont revisités par un langage cinématographique formulant en images les messages voulus par le récit. La scène clé, sera filmée en prenant en considération le respect des limites de la pudeur publique d’un côté, et la censure universelle de l’autre.

Le troisième pivot, intervient aux trois tiers du récit, alors que notre protagoniste fait son choix, et décide d’en parler à son conjoint et puis d’aller résoudre le problème avec l’outil juridique. La caméra prendra les devants, et les effets sonores augmenteront la densité des imprévus qui donneront naissance à un paroxysme, ouvrant la voie à la fameuse demande : Non au harcèlement sexuel contre les femmes, non à toutes les formes de violence contre elles.

 

Voir les pages :

Résumé / Synopsis / Traitement / Note d’intention / Note rétrospective / Note de mise en scène / Concernant le récit / Fiche technique / Extraits de repérages / Making Of / Bande Annonce